Maisons Arlogis est un constructeur de maisons individuelles regroupant 14 agences en France. Caroline Le Moigne, responsable administrative et financière chez Maisons Arlogis Limoges, revient sur l’impact du confinement, tant dans l’organisation que pour l’activité de constructeur.

Qu’a changé le confinement pour vous ? 

Contrairement au premier confinement, il n’y a pas de situation de blocage en amont de la construction, avec les notaires, banques ou mairie, car tous continuent à travailler. En mars 2020, il y avait eu un gel des autorisations d’urbanisme, créant de gros retards administratifs.

Le gros changement, c’est l’impossibilité pour les clients de se rendre à l’agence. Nous recevons beaucoup de clients et sommes situés dans une rue passante, certains poussaient les portes pour demander des informations.  Nous axons beaucoup notre démarche commerciale sur la proximité avec le client. Il faut donc entretenir cette relation de proximité différemment, il faut s’adapter.

Quelles mesures avez-vous prises ?

Nous avons rassuré nos clients très rapidement, car les chantiers continuent. Ils étaient soulagés de voir que la construction se poursuivaient et il était important de lever ce point d’inquiétude tout de suite.

La construction d’une maison peut créer un peu de stress, nos clients ont besoin d’être accompagnés, d’autant plus dans une période compliquée comme celle-là. Nous fonctionnons donc sur la proximité et le relationnel : toutes les démarches se font normalement au bureau et nous recevons nos clients quand cela est nécessaire. Nous entretenons cette relation par mail et téléphone, et les signatures de compromis peuvent se faire à distance.  Nous avons beaucoup d’appels, de mails, de personnes ayant des projets. L’activité continue ! Ils ne se déplacent plus mais les interrogations demeurent, il est donc indispensable de toujours être à l’écoute.

Garder le lien avec nos clients est donc très important, tout comme garder le lien entre nous. Nous sommes une petite équipe soudée et communiquons beaucoup les uns avec les autres.

Quel est votre outil star pour ce confinement ?  

Assurément notre application de suivi de chantier ! Rester informé de l’avancée d’un projet est important. Pour cela, nos clients disposent d’un espace privé sur notre application My Project Companion“, dans lequel nous pouvons déposer des photos de leur chantier. A défaut de se déplacer, le client peut savoir où en est l’avancement de son projet et avoir un vrai suivi. Cette application permet à nos clients d’être rassuré et lève des interrogations ou des incompréhensions. L’application était déjà mise en place avant les confinements, elle est d’autant plus pertinente dans un tel contexte.

Est-ce que le confinement vous a poussé à encore plus vous digitaliser ?

Nous ne voulons pas atteindre du 100% digital, tout dématérialiser. Ce n’est pas dans notre identité. L’essentiel chez nous est l’humain. Nous allons aller vers certains outils comme la signature électronique, mais notre force est la proximité et l’accompagnement. Notre zone de travail en termes de chantiers est par exemple relativement restreinte, pour pouvoir y passer et les suivre plus facilement.

Comment envisagez-vous la fin d’année pour votre secteur ?

Le premier confinement a donné lieu à beaucoup de demandes de renseignements, qui se sont soldées avec un grand nombre d’études concrétisées les mois suivants. Nous espérons que cela va se poursuivre, que cette envie de maison sera toujours là.